ACCUEIL
TRAITÉ SUR L’ANTARCTIQUE
PROTOCOLE SUR L'ENVIRONNEMENT
ECHANGE D’INFORMATIONS
OUTILS ET RESSOURCES
 
     
 
 RCTA
 Parties
 Réunions
Rapports finals
Documents
 Thèmes
Fins pacifiques et inspections
Science et opérations
Protection de l’environnement
Tourisme
Autres thèmes
 Principaux documents
 Accords connexes
 
  Accueil > Traité sur l’Antarctique > Accords connexes

Accords connexes

Les autres accords dont se compose le système sont :

  • le Protocole au Traité sur l’Antarctique relatif à la protection de l’environnement (Madrid, 1991)
  • la Convention pour la protection des phoques de l’Antarctique (CCAS, Londres, 1972)
  • la Convention sur la conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique (CCAMLR, Canberra, 1980)

Bien que la CCAS et la CCAMLR soient des conventions de nature indépendante, elles contiennent des dispositions qui engagent leurs Parties à respecter des parties essentielles du Traité sur l’Antarctique comme l’article IV qui traite du statut juridique des revendications territoriales. Seules les Parties au Traité sur l’Antarctique peuvent adhérer au Protocole relatif à la protection de l’environnement.

La Convention pour la protection des phoques de l’Antarctique (CCAS)

La chasse au phoque était au début du XIX e siècle une importante activité économique qui s’est soldée dans les années 20 de ce siècle par la disparition en grande partie des otaries à fourrure de l’Antarctique. Le premier programme de conservation applicable à l’Antarctique tout entière a été établi par les mesures convenues pour la conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique que la RCTA a adoptées en 1964. Les Parties consultatives ont ultérieurement élaboré la Convention pour la protection des phoques de l’Antarctique (CCAS), qui a été signée à Londres le 1 er juin 1972 et est entrée en vigueur en 1978.

Convention sur la conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique (CCAMLR)

L’adoption en 1972 de la Convention pour la protection des phoques de l’Antarctique, qui traite des ressources en haute mer, a ouvert la voie à l’examen des questions que poserait l’exploitation possible à grande échelle du krill, ce qui pourrait avoir de sérieuses répercussions pour d’autres organismes antarctiques dont l’alimentation est tributaire du krill.

La Convention sur la conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique (CCAMLR) a été signée à Canberra le 20 mai 1980 pour entrer en vigueur en 1982. Elle prévoit la conservation et l’utilisation rationnelle du krill, des poissons à nageoires et d’autres ressources marines vivantes dans la zone de la Convention. Cette dernière n’est pas exactement adjacente à celle du Traité sur l’Antarctique, lequel couvre la zone située au sud du 60 e parallèle alors que la zone de la Convention comprend également la zone située entre le 60 e parallèle et la convergence antarctique (une barrière naturelle qui se trouve au nord du 60 e parallèle en quelques endroits).

Une importante caractéristique de la CCAMLR est l’approche écosystémique de conservation, laquelle requiert que, dans la gestion de la récolte des ressources marines, soient pris en compte les effets sur l’écosystème.

 

   
  Documents
Convention pour la protection des phoques de l’Antarctique
CCAMLR
 
 
 
  Information
Parties
Mesures de la RCTA sur Phoques
Mesures de la RCTA sur ressources marines vivantes
 
 
 
  Sites apparentés
CCAMLR
 
 
 
Sur nous | Carte du site
ENGLISH | |
FRANÇAIS
|  
 
 
  Copyright © ATS 2011